Étudiants : les frais de scolarité et les intérêts sur les prêts étudiants

Vous êtes un étudiant à temps plein ou à temps partiel? Vous travaillez pendant vos études? Vous bénéficiez d'un prêt étudiant? On vous montre ici les crédits d'impôt auxquels vous pourriez avoir droit.

Mathis, étudiant à temps plein, travaille à temps partiel

À l’automne 2020, Mathis, âgé de 20 ans, a commencé à étudier à temps plein à l’université. Il travaille aussi à temps partiel dans un supermarché et n’a pas fait de demande d’aide financière aux études. Il n’a jamais produit de « déclaration d’impôt » (habituellement appelée déclaration de revenus) parce que ses parents lui ont toujours dit que ce n’était pas obligatoire, puisqu’il gagne très peu de revenus. En plus, son employeur ne fait aucune retenue sur ses paies.

Dernièrement, un de ses amis lui a mentionné qu’il serait probablement avantageux pour lui de produire une « déclaration d’impôt » parce que cela lui permettrait, entre autres, de recevoir le crédit d’impôt pour solidarité. Mathis aimerait en savoir plus sur les avantages de produire sa « déclaration d’impôt ».

Liste des déductions et des crédits d'impôt offerts si vous êtes dans la même situation que Mathis
Questions et réponses sur le cas de Mathis
  • Mathis a déboursé 1 350 $ en frais de scolarité pour sa session d'automne 2020. Est-ce qu'il va avoir droit au crédit d'impôt pour frais de scolarité ou d'examen?

    Oui. Mathis aura droit au crédit d’impôt pour frais de scolarité ou d’examen, puisque le total de ses frais de scolarité payés pour l’année 2020 dépasse 100 $. Pour pouvoir demander, reporter ou transférer ce crédit d’impôt, Mathis devra remplir l’annexe T et la joindre à sa « déclaration d’impôt ».

  • Mathis songe à faire une demande d'aide financière aux études pour l'année 2021. Est-ce que le montant du prêt étudiant et celui de la bourse d'études qu'il pourrait recevoir devront être inscrits dans sa « déclaration d'impôt »?

    Mathis devra seulement inscrire le montant de sa bourse d’études dans sa « déclaration d’impôt ». À noter qu’une bourse d’études est un revenu non imposable.

  • Quand il commencera à rembourser ses prêts étudiants une fois ses études complétées, est-ce que Mathis pourra déduire, dans sa « déclaration d'impôt », le montant de ces prêts ainsi que le montant des intérêts payés sur ceux-ci?

    Non. Mathis ne pourra pas déduire le montant des prêts étudiants qui lui ont été accordés. Toutefois, il pourrait déduire ou reporter les intérêts payés sur ces prêts. Il devra remplir l’annexe M et la joindre à sa « déclaration d’impôt ».

  • Mathis se demande s'il est vrai qu'il pourrait recevoir le crédit d'impôt pour solidarité tout simplement en produisant sa « déclaration d'impôt ».

    Oui. Toutefois, pour s’assurer d’obtenir tous les montants auxquels il a droit pour chacune des composantes du crédit d’impôt pour solidarité, Mathis devra produire sa « déclaration d’impôt » et l’annexe D et il devra s’inscrire au dépôt direct. S’il est admissible à ce crédit d’impôt et qu’il ne remplit pas l’annexe D, seul le montant de base de la composante relative à la TVQ lui sera versé. Mathis doit être inscrit au dépôt direct pour que les montants auxquels il a droit lui soient versés.

  • Est-ce que Mathis, étudiant à temps plein et salarié à temps partiel, pourrait recevoir un remboursement d'impôt?

    Non. Il est très peu probable que Mathis reçoive un remboursement d'impôt, puisqu'aucune retenue à la source n'a été effectuée sur ses paies par son employeur. Il ne peut donc pas recevoir de l'impôt qu'il aurait payé en trop, parce qu'il n'en a pas payé durant l'année.

  • Est-ce que cela pourrait être avantageux pour les parents de Mathis s'il décidait de produire sa « déclaration d'impôt »?

    Oui. L’un ou l’autre des parents de Mathis pourrait, à certaines conditions, bénéficier

Xavier, père monoparental, retourne aux études à la suite de la perte de son emploi

Xavier, père monoparental, vit seul avec ses deux jeunes enfants : Léonie et Liam, âgés respectivement de 4 ans et de 2 ans. En avril 2020, son employeur, pour qui il travaille depuis plusieurs années, l’a mis à pied pour une période indéterminée en raison de la crise liée à la COVID⁠-⁠19.

Xavier songe depuis un bon moment déjà à retourner sur les bancs de l’école pour suivre un programme d’études collégiales en informatique, et il croit que le moment est venu de plonger tête première dans cette nouvelle aventure.

En se renseignant auprès de l’établissement d’enseignement où il désire s’inscrire, on l’informe qu’il devra suivre ses cours à distance par Internet. Ayant de jeunes enfants qui habitent avec lui, il se demande s’il arrivera à se concentrer sur ses cours et ses travaux, tout en gardant les enfants à la maison.

Xavier en vient à la conclusion qu’il devra assurément envoyer ses enfants dans un service de garde les jours où il devra se concentrer sur ses études. Il se demande s’il peut avoir droit à une aide financière quelconque au moment de produire sa « déclaration d’impôt » (habituellement appelée déclaration de revenus).

Xavier pourrait avoir droit au crédit d’impôt remboursable pour frais de garde d’enfants si les frais de garde payés sont admissibles et qu’il répond aux conditions d’admissibilité.

Questions et réponses sur le cas de Xavier
  • Est-ce qu'en suivant ses cours à distance par Internet, Xavier est considéré comme une personne qui fréquente un établissement d'enseignement?

    Oui. Depuis le 1er janvier 2020, les cours offerts par un établissement d’enseignement admissible, comme le cégep où Xavier désire s’inscrire, peuvent être suivis à distance sans qu’une présence physique ni qu’une présence virtuelle à heure fixe ou interactive avec le professeur ou les autres élèves de la classe soit nécessaire. Toutefois, si l’établissement d’enseignement admissible était une école secondaire, une telle présence virtuelle demeurerait obligatoire si la présence physique n’était pas nécessaire.

  • Est-ce que Xavier peut demander les versements anticipés du crédit d'impôt pour frais de garde d'enfants au lieu d'attendre de demander la totalité de ce crédit d'impôt lors de la production de sa « déclaration d'impôt »?

    Oui. Xavier peut demander de recevoir les versements anticipés du crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants s’il répond aux conditions d’admissibilité, notamment s’il estime avoir droit, pour l'année, à un montant dépassant 1 000 $ comme crédit d'impôt pour frais de garde d'enfants (cette condition ne s'applique pas s’il estime également avoir droit, pour cette même année, à une prime au travail ou à une prime au travail adaptée dépassant 500 $). Il peut faire sa demande en utilisant les services en ligne de Revenu Québec, ou en remplissant puis en transmettant par la poste les deux formulaires suivants : Crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants – Demande de versements anticipés (TPZ-1029.8.F) et Frais de garde donnant droit au crédit d’impôt – Tarif et nombre de jours de garde prévus (TPZ-1029.8.F.A).